AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Might see so strong, but it's so wrong - Savannah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité


MessageSujet: Might see so strong, but it's so wrong - Savannah   Lun 2 Mar - 18:40




I know, i hurt you so much
     


“Enfermé chacun de notre côté, sans savoir communiquer l'un avec l'autre... Jusqu'où peut on aller?”


Je pensais pouvoir passer entre les mailles du filet, me dire que maintenant que Jude me fuyait comme la peste, le dossier connerie était clos. Mais ça n'a rien changé, l'ambiance chez nous, est toujours aussi glaciale, et cette magnifique femme heureuse et épanouie que j'ai épousé, n'est plus. Je me doute que j'en suis à 50% la cause... Je me suis éloignée d'elle. Alors qu'au début, me séparer d'elle, ne serait ce qu'une heure, me tuait. Elle était à moi, je l'avais eu, elle m'avait prit pour époux et moi... con que je suis, je suis allé me brûler les ailes avec Jude. Je rentrais ce soir là, restant de longues minutes, assis dans ma voiture, à attendre. Attendre quoi? Je ne sais pas, j'aimerais voir la Savannah des débuts, venir se glisser dans la voiture avec moi, pour poser sa main sur ma joue, me demander comment était ma journée... Peu vêtue, portant juste un pull trop grand, qu'elle m'aurait emprunté, le portant donc sur une simple petite culotte noire, qui pourtant sur elle... avait eu le don, de me faire perdre plusieurs fois la tête. Non, ce soir, je suis seul avec les fantasmes d'un homme qui a trompé sa femme. Pas reluisant tout ça, et même si ça fait quelques semaines maintenant, que l'histoire avec Jude a prit fin, je ne me sens toujours pas à l'aise, toujours pas capable de regarder Savannah dans les yeux. La réalité est que, si j'avais trompé pour de la baise, je n'aurais pas cillé, mais j'ai trompé pour aimer une autre, le temps de quelques mois. Je pose une main sur le volant, avant de me décider à sortir de là. inconsciemment je fais tourner mon alliance autour de mon doigt, geste de nervosité chronique. Je passe la porte d'entrée, retire ma veste, que je pose sur le porte manteaux de l'entrée et regarde de partout pour croiser ma femme. "Sav?" Dis-je en élevant un peu la voix. J'entends de l'eau couler au premier étage, je pose mes affaires en bas, retire mes chaussures, pose ma sacoche et grimpe l'escalier. Je ne fais plus attention aux cadres photos, ornant les murs, représentant nos anciennes années de couple, la folie de notre mariage, et l'amour débordant qui n'existe que sur des morceaux de pellicule. Ce n'est pas tant que je ne l'aime plus, ce n'est pas ça du tout, c'est juste que... je l'ai perdu de vue, comme je me suis perdu. Et au final, je ne sais pas si notre histoire a encore un futur. Je pousse la porte de notre chambre à coucher, et je déboutonne quelques boutons de ma chemise, me dirigeant vers le dressing, le traversant, pour gagner la salle de bain. Sur le pas de la porte, je l'observe, à moitié nue... juste... sublime quand elle ne me voit pas. Mais je ne peux pas louper le fait, que son expression de visage, est d'une telle mélancolie... Je soupire, et je pense que c'est ce qui fait qu'elle m'aperçoit.

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Might see so strong, but it's so wrong - Savannah   Lun 2 Mar - 21:55


Grant & Savannah
I am the spring love is blossoming you take the fall and sacrifice

Je l’attends. Je l’attends, même, encore. C’est étrange, n’est-ce-pas, mais j’ai l’impression de l’attendre tout le temps depuis quelques mois. Je ressens comme un manque, un gouffre rempli d’un vide qui m’avale un peu plus à chaque instant, et quand cette sensation disparait, enfin, ce n’est pour me laisser baigner que dans un océan d’amertume. Souvent les larmes me montent aux yeux, elles m’étreignent la gorge et m’étouffent tandis que je lutte pour ravaler ces mille et un sanglots qui m’assaillent. Je ne veux pas pleurer, je veux continuer à sourire comme pour oublier que c’est un douloureux échec qui se profile à mesure que lui s’éloigne.

J’aimerais pouvoir disparaître dans ces moments de longues attentes qu’il m’impose, j’aimerais pouvoir oublier cette flèche qui me transperce le cœur, seulement la douleur est si lancinante, si intense qu’elle m’empêche de penser à autre chose. Je ne saurais dire, à cet instant précis de ma vie, si je l’aime plus que je le déteste, je ne saurais pas même dire s’il m’aime encore malgré les mots qu’il m’adresse. Il n’arrive plus à me réconforter tant les mots sont vides de sens désormais, il n’arrive plus à m’y faire croire tant le paradoxe entre la réalité et l’espoir ses creusé.

Lentement je glisse sur les pentes vertigineuses de la mélancolie, je me laisse couler au fond de la baignoire jusqu’à n’être plus qu’une âme submergée. J’y reste aussi longtemps que mon cœur le permet, je suffoque entre les bulles de savons, je sens ma peau se secouer de frissons tandis que mes doigts s’accrochent d’avantage à la faïence de la baignoire. Encore un peu. Juste un peu. Mais sonne déjà l’alarme d’un cœur défaillant qui force les barrières de ma conscience pour venir faire délivrer l’instinct d’une survie précaire. Dans un sursaut, je sors la tête de l’eau, et rien d’autre ne résonne dans ma tête que les battements affolés de mon cœur.

Il tape encore et encore, faisant battre dans mes tempes mon sang qui bouillonne, chassant presque les souvenirs qui m’accablent. Je chasse ces cheveux blonds qui viennent coller à ma peau trempée, et je me décide enfin à sortir de cette baignoire qui m’apparait désormais comme le meilleur remède à ces maux qui me rongent. Une serviette vient rapidement couvrir ma nudité sans pourtant pouvoir faire cesser cette chair de poule qui me parcourt le corps tandis que le froid m’étreint. Durant un long instant je me laisse avaler par mon reflet. J’ose me demander ce qui a changé en moi pour que plus aucune passion n’embrase notre couple, je me demande si c’est parce que je suis moins jolie, plus âgée, ou tout simplement moins intéressante. C’est idiot. Cela ne peut être que de ma faute, après tout, un couple est censé fonctionner à deux, pas juste avec une partie qui tente d’empêcher l’autre de fuir.  

Je passe mes doigts dans mes cheveux qui goûtent encore, je les ramène entre mes mains pour les natter alors qu’un soupir me fait soudainement sursauter. Je me retourne vivement, cherchant du regard ce qui vient ainsi me déranger. C’est lui. Il est là, posté tout contre l’encadrement de la porte, sa tenue savamment négligée fait naître en moins une myriade de sentiments contraires. J’aimerais le trouver moins beau qu’autrefois, j’aimerais l’aimer moins, j’apprécierais de le détester plus, mais déjà il fait fondre la moindre de mes défenses.

Je lutte, vainement, contre moi-même, me laissant aller contre la vasque du lavabo de la salle de bain alors que mes lèvres s’étirent contre mon consentement en un sourire. Je me traite mille fois d’idiote, mais je ne peux contenir la satisfaction de le savoir là. « Contente de voir que tu sais encore où se trouve notre maison. », sont les mots qui me viennent à la bouche, acerbes, mortifiants, comme le dernier chant du coq avant une bataille mortelle. Je ne suis pas satisfaite, je ne me satisferais pas de sa simple présence, je veux plus que cela. J’ai envie de lui faire mal, de le voir souffrir autant que j’ai mal en cet instant alors que déjà l’adrénaline s’enfuit de mes veines. Pourtant, je ne peux m’empêcher de venir mordre ma lèvre alors que se jouent en moins toutes les facettes d’une dualité fort énervante, je m’en veux déjà d’être ainsi.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Might see so strong, but it's so wrong - Savannah   Lun 2 Mar - 22:27




I know, i hurt you so much
     


“Enfermé chacun de notre côté, sans savoir communiquer l'un avec l'autre... Jusqu'où peut on aller?”




Du Vitriole. Sa parole est du vitriole, mais je n'ai pas l'âme d'un nerveux, qui montrait au credo pour surenchérir. On se fait déjà assez de mal comme ça. Je lui fais déjà assez de mal, mais... de la voir là, si pure malgré ses mots, si contradictoirement forte et faible à la fois... J'ai l'impression qu'elle pourrait être encore mienne. L'épaule appuyée sur le chambranle de la porte ouverte, les mains dans les poches, je la regarde vraiment. Non, je la dévore du regard. Je sais, que je vais devoir lui dire tout, lui avouer ce que j'ai fait. J'avance doucement vers elle, sans la quitter du regard, dans ce reflet... celui là même qu'elle défiait il n'y a pas 5 minutes. Pas un mot, pas un sourire non plus, mes mains glissent de mes poches, pour aller vers elle. J'attrape ses mains et l'oblige doucement à se tourner vers moi, j'ai envie de la regarder, de la voir, de ne pas passer à côté d'elle une nouvelle fois. Ses cheveux longs et blonds, gouttent sur sa peau, et sur sa serviette. Elle a toujours été céleste, une très belle femme tout simplement... mais comment retrouver cette lumière qui l'habitait avant? Qu'avais-je manqué au final pour la laisser s'éteindre. Une main glisse sur sa joue, sa peau est encore chaude du bain, et d'une douceur nette. Je n'ai pas envie de parler, pas envie de briser l'instant, et déjà cette même main glisse vers la serviette que j'empoigne avec une douce autorité. Je ne suis pas un violent, je n'aime pas ça, mais je suis comme tous les hommes, territorial dans mon genre. La serviette tombe au sol, et ne cache plus sa nudité. Ce corps n'a pas prit une ride, pas un faux pli, rien de probant qui pourrait indiquer que le temps a passé. Une main dans la sienne, l'autre glisse doucement de son visage, à son cou, dessinant du bout des doigts, des arabesques, sur cette peau qui était mienne. En cet instant, Jude n'existe plus, il n'existe que Savannah, et mes regrets dissolus à l'eau savonneuse de son bain.  Je n'ose pas avancer plus, de peur qu'elle ne recule, qu'elle ne décide de fuir. Ma main parcoure doucement sa peau laiteuse, glissant entre ses seins, pour aller se perdre sur son ventre. L'autre main, lui intime d'une simple pression, de rester là, de ne pas tenter de s'échapper. Son triangle des Bermudes, qui m'a souvent retenu prisonnier, m'appelle et pour une fois, depuis très longtemps je l'écoute. La main tenant la sienne, s'enroule autour d'elle, et je la prive de son bras gauche, pour l'approcher de moi, au plus proche. Gardant mon regard posé sur son visage, nous sommes à quelques centimètres. Ma main libre n'a fait qu'effleurer la peau de son bas ventre, avec l'envie de plus. Mon propre corps se dressait, j'attendais qu'elle capitule simplement, qu'elle se jette sur moi et que la passion renaisse simplement, comme ça, comme on dit je t'aime. Je passe la main sur sa nuque, emmêlant mes doigts à ses cheveux, et je l'attire à moi, déposant mes lèvres sur les siennes, lui intimant de me suivre, qu'elle se rappelle à moi, qu'elle se donne. Je l'embrasse, dans un tourbillon presque de désespoir. Je l'aime mais je sens qu'elle ne m'appartiendra plus longtemps et ça me tue. Je veux faire jaillir la fougue, si précieuse et si savoureuse, qu'elle mettait en scène avant, avec une telle sensualité. Reviens moi Savannah, me répétais-je dans la tête. Tentant de ne pas rompre le lien fragile. Je la pousse vers le lavabo, pour presser mon bassin contre le sien, qu'elle sente que c'est elle que je désire, que c'est le moment.

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Might see so strong, but it's so wrong - Savannah   

Revenir en haut Aller en bas
 

Might see so strong, but it's so wrong - Savannah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Esquad Strong
» Avoriaz STRONG MEN SHOW '09
» HELP URGENT Facture pantalon ESQUAD E-STRONG
» Strong Frames
» VENDU Jean moto E-Squad modèle E-Strong

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NUITS FAUVES ☾ :: Gisborne, Nouvelle-Zélande :: Quartier Nord :: Résidences-